Informations aux patients

IRM

Il s’agit d’une technique d’imagerie non irradiante, sans risque pour les femmes enceintes après le troisième mois de grossesse (consultez votre radiologue si vous êtes au premier trimestre de grossesse).

Les contre-indications strictes à l’IRM sont: la présence d’éclats métalliques dans les globes oculaires, ou d’un pacemaker. Et en cas de patients porteurs de valve cardiaque ou de clips chirurgicaux pour anévrysmes cérébraux, ils doivent se présenter avec le modèle et le numéro de leur valve ou de leur clip, pour vérification de compatibilité avec l’IRM.

Il existe des contre-indications relatives: patients claustrophobes.

IMG_2363

 

CT

IMG_2356
L’examen est généralement rapide. Vous devez rester immobile et nous vous indiquerons quand il faut arrêter de respirer pour quelques secondes. Vous resterez seulement quelques minutes dans la salle du scanner. Cette technique est compatible pour les patients claustrophobes.

On peut nécessiter la réalisation d’injection intraveineuse de iode, ou d’effectuer l’insufflation du colon, selon la question posée par votre médecin. En cas d’injection, des produits iodés seront utilisés. Vous ne ressentirez aucune douleur dans l’immense majorité des cas. Cependant, on peut ressentir une sensation de chaleur au moment de l’injection, ou un goût métallique dans la bouche. L’injection est un acte très courant, habituellement très bien toléré.

Cependant, comme avec tous les autres médicaments administrés, des réactions indésirables peuvent survenir : – Formation d’un petit hématome sans gravité, qui se résorbera spontanément en quelques jours. – Fuite du produit sous la peau, à côté de la veine. Cette situation pourrait nécessiter exceptionnellement un traitement local. – Réaction d’intolérance (allergie). Ces réactions sont plus fréquentes chez les patients ayant déjà eu une injection mal tolérée de l’un de ces produits ou ayant d’autres antécédents allergiques. Elles peuvent survenir aussi sans aucun antécédent d’allergie.

Elles sont généralement transitoires et sans gravité. Elles peuvent être plus sévères, et se traduire par des troubles cardio-respiratoires et nécessiter un traitement.

Les complications réellement graves sont rarissimes. Des complications rénales peuvent également être liées au produit iodé, notamment chez certains sujets atteints de maladies des reins (insuffisance rénale, HTA , etc.).

 

Mammographie

Elle consiste à radiographier chaque sein de face et de profil pour visualiser l’intégralité de la glande mammaire  de dépister le cancer de sein. Tous les cancers du sein ne sont malheureusement pas détectables par la mammographie. D’où l’intérêt d’une surveillance à l’examen physique. Nous pratiquons presque systématiquement l’échographie par la suite, afin d’augmenter la sensibilité de deux techniques.

Il est également très important d’apporter les anciens examens pour que le radiologue puisse comparer les résultats.

IMG_2343

 

Echographie

IMG_2394
Une sonde émet des ultrasons, qui traversent les tissus et sont renvoyés sous la forme d’un écho en fonction des obstacles rencontrés. Ce signal est recueilli et retransmit en direct une image sur un écran vidéo.

Il s’agit d’un examen morphologique et dynamique. Une étude Doppler complémentaire, véritable exploration fonctionnelle couplée à l’étude échographique, est parfois utile pour étudier la vascularisation des organes. La vessie doit être pleine pour les échographies pelviennes, abdomino-pelviennes, de l’appareil urinaire et de la prostate.

Buvez ¾ de litre (4 verre) d’eau une heure avant l’examen et de ne pas uriner. Si la vessie est trop pleine vous pouvez la vider partiellement. Soyez à jeun de 3 heures pour les échographies abdominales.
La prise des médicaments est autorisée avec de l’eau. Autres échographies : pas de préparation particulière.

 

Radiographie

La radiographie reste toujours utile pour la visualisation du squelette, des poumons, etc. Cette imagerie est réalisée grâce à les rayons X qui traversent le corps et sont recueillis sur un écran. Selon la nature des tissus traversés, des rayons X sont plus ou moins atténués ce qui donne plus ou moins de transparence au film.

Les doses délivrées en radiologie standard sont très faibles. Pour une radiographie du thorax par exemple la dose d’irradiation est de 0.03m SV, soit l’équivalent de l’irradiation d’un vol Genève-Paris. La dose naturelle annuelle en Suisse est de 2.4 m SV.

Aucune préparation n’est nécessaire. Madame, si vous pensez être enceinte ou en cas de retard de règles, signalez-le au technicien qui vous accueille. La radiographie étant contre-indiquée chez la femme enceinte, plus particulièrement pendant le premier trimestre de sa grossesse, elle peut être pratiquée en certaines situations exceptionnelles.

IMG_2352